Chanson aux quatre vents

 

 

Ma dernière chanson sera comme la mer                                            

Avec ses longues vagues, qui chavirent nos cœur                                

Se faisant moutons blancs, aux jours de nos tempêtes             

En écume d'amour, lors des grandes marées                                       

 

Elle portera les mots, racontant nos naufrages

Quand chavirent nos âmes au milieu de la nuit

Sur les dunes de nos îles, nous nous apaiserons

 

Ma dernière chanson sera comme la terre                                          

Avec ses vastes plaines qui inspirent nos corps                       

Au matin des folies, courant dans la lumière,                                      

En feuillages ouverts, au temps des canicules                                      

 

Et l'écho frappera sur les flancs des montagnes

Répercutant nos rires au fond de nos volcans

Au lever de la lune, nous nous rejoindrons

 

Ma dernière chanson sera comme le vent                                           

Avec son chant nouveau qui habite l’espace                                       

Sous le ciel de nos rêves, volant comme l’oiseau                                

Qui ne prend son envol que pour suivre l’amour                                 

 

Elle saura nous dire une parole fière

Nous redonnant le souffle qui nous emportera

Dans l’extase de la vie nous nous enlacerons

 

Ma dernière chanson sera comme le feu                                             

Qui enflamme nos êtres, aux jeux de nos passions                              

Au rythme de nos espoirs, vivant dans le soleil,                                   

Sous l’univers brûlant, au bout de nos voyages                       

 

Elle ne saura se taire dans ce monde infini

Que pour chanter ton nom, même après ta mort

Restera éternelle pour dire encore « je t’aime » !

 

 

Paroles et musique : Florian Lambert